Avocat spécialiste droit famille - PAOLI CULIOLI Laurence
4.4
Avocat spécialiste droit famille - PAOLI CULIOLI Laurence 4.4
Lacen Kaël
29 mars, 2021, 11:47
Maître Laurence Paoli est une avocate très professionnelle qui saura cerner et répondre avec précisions, clarté et rapidité aux difficultés qui lui sont présentées . Je la recommande donc sans réserves pour toutes questions relatives au droit de la famille.
Amandine Canu
27 mars, 2021, 5:06
Marie Charvet
27 mars, 2021, 4:01
Yanis HANAFI MEDDAH
27 mars, 2021, 2:26
Maître Laurence Paoli est une avocate très professionnelle. Consciencieuse, disponible et humaine, elle a su m'aider dans le cadre de mon divorce difficile. Elle a défendu l'ensemble de mes intérêts avec brio (je dois vous l'avouer et ce malgré ma méfiance au départ). Au-delà des conseils juridiques, Maître Paoli a su me prêter une oreille attentive, me rassurer et me conseiller. Ainsi, je ne peux que vous la recommander vivement.
Jessica Rodriguez
25 mars, 2021, 2:07
Sûrement compétente mais trop préoccupé par le covid que mon dossier. J'attendais
Dominique Naud
25 juin, 2020, 8:12
Anthony Coury
31 mai, 2020, 10:02
Très grande professionnelle du droit de la famille, Maître Paoli m'a permis d'avoir gain de cause dans mon dossier. Je la recommande fortement. Elle est très réactive et à l'écoute. Merci beaucoup Maître Paoli. (Translated by Google) Very great family law professional, Maître Paoli allowed me to succeed in my case. I highly recommend it. She is very responsive and attentive. Thank you very much, Maître Paoli.
25 bis Rue des Francs Bourgeois
91450 Soisy-sur-Seine
88 Rue d'Estienne d'Orves,
91370 Verrières-le-Buisson
01 60 75 76 51
Vous appréciez, partagez !
Laurence Paoli Culioli 01 60 75 76 51
25 bis Rue des Francs Bourgeois 91450 Soisy-sur-Seine

GESTATION POUR AUTRUI - EVOLUTION JURISPRUDENTIELLE

07/09/2017 14:32
La gestation pour autrui reste interdite en France, mais une évolution jurisprudentielle récente ouvre aux parents y ayant eu recours à l’étranger, la possibilité de transcrire désormais la filiation du parent d’intention à l’état civil en France.
Depuis la condamnation de la France par la CEDH, le 3 juillet 2015, seul le parent biologique en l’occurrence le père, se voyait reconnaître le droit de voir sa paternité reconnue. Au nom de  « l’intérêt supérieur de l’enfant », les juges acceptaient en effet la transcription sur les registres de l’état civil français de l’acte de naissance étranger de l’enfant né d’une gestation pour autrui dès lors que «  l’acte de naissance était régulier, non falsifié et que les faits déclarés correspondaient à la réalité ». Seul le parent biologique, en l’occurrence le père apparaissait comme le parent légal et la mère d’intention ou le parent dit « social » ne pouvait apparaitre à l’état civil, dans la mesure où la mère porteuse qui avait accouché, était considérée, en droit français, comme la seule mère de l’enfant.
La cour de cassation a rendu plusieurs arrêts le 5 juillet 2017 précisant la possibilité pour le parent d’intention d’avoir recours à une adoption simple afin de faire établir un lien de filiation avec l’enfant né d’une GPA :
  • Le recours à la GPA ne fait désormais plus obstacle à ce que l’époux du père biologique à savoir le « parent d’intention » ou « parent social » puisse voir sa filiation reconnue par la voie de l’adoption simple. La cour de cassation estime en effet que la loi du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de même sexe a pour effet de permettre, par l’adoption, l’établissement d’un lien de filiation entre un enfant et deux personnes de même sexe, sans aucune restriction relative au mode de procréation quand bien même l’enfant serait issu d’une gestation pour autrui pratiquée à l’étranger ce qui ne constitue donc plus à lui seul, un obstacle à la transcription de la filiation paternelle
  • Le couple ne peut obtenir la transcription à l’état civil français de l’acte de naissance établi à l’étranger alors que la femme qui s’y trouve désignée comme mère n’a pas accouché de l’enfant. La cour de cassation considère que la filiation du parent d’intention ne peut être établie qu’en ayant recours à une adoption simple de l’enfant. La Cour de cassation estime en effet que « la transcription partielle ne porte pas une atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée et familiale de l’enfant, dès lors que les autorités françaises n’empêchent pas ce dernier de vivre en famille, qu’un certificat de nationalité française lui est délivré et qu’il existe une possibilité d’adoption par l’épouse ou l’époux du père »


Retour
Laurence Paoli Culioli | Accueil & infos au 01 60 75 76 51
Divorce
Divorce
Droit de la famille
Droit de la famille
Droit des successions
Droit des successions
Droit du travail
Droit du travail
Honoraires
Honoraires